Eh oui, même Goku !



Un des problèmes récurrent en sport, c’est qu’on se focalise beaucoup sur l’aspect physique au détriment de tout ce qui se passe dans notre tête. Et dans un sens, c’est tout à fait normal hein, puisque quand on fait une activité, c’est bien notre corps que l’on fait bouger.
Instinctivement donc, on a tendance à tout simplement ne pas se soucier outre mesure de l’esprit.
Néanmoins depuis quelques années, pour beaucoup d’athlètes olympiques, c’est devenu une nécessité à aborder.
Pour plusieurs raisons hein, d’abord tout bêtement pour mettre toutes les chances de son côté, ensuite parce qu’on s’est rendu compte que ceux qui le faisaient avaient un avantage conséquent sur les autres, et aussi parce qu’on ne pouvait pas expliquer par exemple qu’un athlète excellent à l’entraînement soit aussi mauvais en compétition.
Il faut aussi noter que quand on est un sportif non compétiteur, ce qu’on cherche le plus souvent, c’est le plaisir et la santé.

Or, c’est d’une méthode liant tous ces aspects dont je vais te parler aujourd’hui, à savoir :

La méditation

Tout d’abord la méditation, c’est pas un truc de moine shaolin vivant des les montagnes reculées de l’Asie du sud est. Au contraire, c’est quelque chose que l’on peut pratiquer tous les jours, et que beaucoup de gens font d’ailleurs, ça ne requiert qu’un peu d’entraînement, ça s’acquiert très vite, et c’est surtout une affaire de volonté et de discipline mentale .

Si tu veux, une brève explication, ça serait une période de temps durant laquelle tu te concentres sur quelque chose.

La seule « règle » c’est que ce quelque chose ne doit pas faire appel à la compréhension, ce pourquoi il est plus facile de l’exécuter les yeux fermés.
Des exemples pourraient être la respiration, un objet, etc.
On peut aussi choisir de simplement se concentrer sur « tout », et donc tout ce qui nous entoure, sans particulièrement se focaliser sur une chose.

Evidemment, ce ne sont pas les seuls types de méditation, il doit y en avoir autant que d’individus, et surtout de maîtres dans ce domaine, mais c’est l’approche la plus « basique » que j’ai pu en trouver.

Eh oui, même Qui-Gon !

 

Les apports de cette pratique

 

  • Tout d’abord la concentration augmente drastiquement. En effet, comme toute chose que l’on entraîne de façon régulière, le cerveau s’adapte, et s’habitue. La méditation permet donc de rester plus concentré plus longtemps, ce qui est utile pour l’apprentissage, mais aussi pour la performance, dans n’importe quelle activité. Et donc, comme ce qui nous intéresse ici c’est le sport, dans n’importe quelle épreuve sportive 🙂
    A noter aussi que quand on est plus concentré, on peut beaucoup plus facilement mobiliser des savoirs déjà acquis, de ce fait, on pourrait qualifier ça de « meilleure mémoire » !
  • Des effets émotionnels. Si l’on pratique régulièrement, beaucoup d’effets positifs sur les émotions apparaissent, car nous apprenons à « détendre » notre esprit (ce n’est pas que quelque chose d’ésotérique hein, des études scientifiques l’ont montré). En gros, on devient capable de prendre de la distance les tracas de la vie quotidienne, qui provoquent l’anxiété. Mais d’autres choses ont été observées, comme par exemple l’augmentation de la créativité ou de la compassion.
  • Enfin, et ça pourrait presque s’apparenter à de la science fiction dit comme ça, des effets corporels. A savoir un meilleur fonctionnement du système immunitaire, une pression sanguine diminuée, moins d’inflammations et d’asthme. En réalité ça n’est pas si surprenant que ça, car la méditation possède des effets reconnus sur le stress, et le stress est bien souvent une des causes de toutes ces afflictions.
Je pense que tu vois désormais la méditation d’un oeil neuf, voici donc quelques moyens de t’y exercer.

Eh oui même… Eh, ça fait beaucoup de gars balaises qui méditent tu trouves pas ? Ca vaut le coup d’essayer non 😉 ?

Quelques types de méditation

  1. Tout d’abord, la plus classique dont j’ai déjà parlé : la concentration. Tout simplement te concentrer sur un seul objet mentalement, sans jamais en dévier, qu’il soit physique ou plus « éthéré » comme la respiration. Le but sera d’être capable de ne plus avoir de pensées parasites à la fin.
  2. Ensuite, celle qui en découle forcément et dont je t’ai aussi déjà parlé, la concentration « totale », à savoir être capable de garder une attention équivalent à tout ce qui t’entoure, de ressentir le plus possible, de devenir une espèce d’éponge à sensations.
  3. Il existe des méditations dites « dynamiques » durant lesquelles il faut bouger son corps de façon assez précise. N’étant pas un expert là dessus, je te conseille d’aller te renseigner toi même sur le net, mais au moins, tu es au courant
  4. La méditation avec outil. Celle-ci est assez simple, que ça soit un mandala à colorier, un jardin zen à faire, ou même du tricot, c’est être capable de mettre son cerveau en « off » et se consacrer pleinement à une activité « répétitive » pendant quelques minutes, voir heures. Parfait si tu bosses dans une usine à la chaîne (roh ça va, j’rigole).
  5. Enfin, la méditation guidée, ou il faudra se laisser … guider (ouais, trop fort), par la voix de quelqu’un de plus expérimenté, ce pourrait presque plus s’apparenter à de la relaxation.
M’enfin bref, voilà, j’espère que cet article t’aura fait découvrir des choses, et que ça aura pu t’être utile dans ta vie de sportif (ou non) !

Prend soin de toi et à la prochaine 😉

Laisser un commentaire