Sauf dans ce cas là, dans ce cas là, très clairement, c’est le manieur le point faible de la chaîne.


Es-ce que tu connais cet espèce de dicton qui dit que la résistance d’une chaîne se mesure à celle du plus faible de ses maillons ? Eh bien le grip en est peut-être la plus belle des illustration.
Mais commençons par le début plutôt, j’ai l’impression que je vais te perdre si je m’élance tout de suite dans de grandes embardées sportives.
Et quoi de mieux pour s’acclimater au sujet qu’une petite définition ?

« Grip » c’est un terme anglais, qui s’utilise pour parler de la poigne en réalité. Mais comme ça n’a pas exactement la même sémantique ( « Grip » est plus sur une notion « d’agripper », là ou la poigne s’utilise communément au sens figuré), je vais quand même le préférer à notre mot bien à nous.

La notion est simple à appréhender hein, en gros, c’est serrer avec ses doigts.
Et c’est là ou le plus souvent, le bât blesse.
Eh oui, là ou la nature nous a doté de gros muscles bien costaud pour s’occuper de marcher, de pousser ou de tirer des trucs, nos doigts eux, on a plus eu tendance à les utiliser pour fabriquer des machins ou s’en servir durant les dernières années. Résultat ? Ben on a beaucoup plus de facilité à les étendre, pouvoir maintenir une précision sans faille durant des heures ( là ou les singes manquent de neurotransmetteurs), mais en contrepartie, il nous est très difficile d’agripper fermement quelque chose.
Pour tous ceux qui font du sport, ça se traduit en perte de potentiel.
Ben oui, par exemple sur un soulevé de terre, si ton corps entier est capable de soulever la charge, mais que tu peux tout simplement pas la maintenir dans tes mains, c’est kaput.
Et ça n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, car même dans la vie de tous les jours, c’est un sacré avantage a développer. Ca ne t’est jamais arrivé de galérer comme pas possible pour ouvrir un bocal de cornichons ? Ou de vouloir te hisser sur un rocher en vacances ? Voir simplement de serrer la main à quelqu’un sans passer pour une chiffe molle hein.

Donc oui, le grip est important, et oui, c’est le plus souvent la chose qui pèche chez beaucoup de sportifs. Mais pas de panique, il y a des solutions pour remédier à ces problèmes (si c’est pas beau ça !), que je m’en vais t’expliquer.

Tout d’abord, il faut différencier les deux grip principaux

(certains disent qu’il en existe 3 ou plus, mais pour moi, ça rentre soit dans une catégorie, soit dans l’autre) :

L’actif, c’est tout ce qui consistera à pouvoir serrer le plus fort possible dans le laps de temps le plus court. C’est particulièrement utilisé pour écraser quelque chose dans sa main, ou par les artistes martiaux qui contractent au dernier moment leurs poings pour faire plus de dégâts et éviter de se faire mal eux même.

Le passif. Ici, il s’agit plutôt de garder quelque chose maintenu à une certaine pression, pouvant aller de modéré à maximum. On s’en sert dans la vie de tous les jours pour porter des courses, maintenir un outil dans ses mains, etc. C’est très utile pour l’escalade, ou plus généralement tout ce qui nécessite de porter une charge plus ou moins lourde.

Cependant, il faut bien noter que même si on différencie ces deux types, et qu’on peut entraîner plus l’un ou l’autre, faire des progrès avec l’un des deux va forcément se traduire en gains significatifs sur l’autre, les deux aspects sont liés.

Mes conseils pour faire progresser son grip.

Il existe plusieurs instruments dédiés à ce travail. D’abord, ce qu’on appelle tout simplement les « gripper ». Ca se présente sous cette forme :

C’est cool les gripper

C’est simple, il y a plusieurs résistances, je te conseille d’en prendre au moins 3 ou 4, et ensuite, il faut essayer de les fermer, plusieurs fois. C’est facile à comprendre, et en même temps terriblement difficile à appliquer. Comme d’habitude, il suffit d’utiliser les principes de la surcharge progressive, à savoir, soit augmenter la difficulté du gripper, soit le fermer plus de fois à chaque séance (attention, n’entraine pas tes avants bras plus de 2 fois par semaine, c’es inutile), et c’est tout bon.

L’avantage, c’est que tu travailles les 2 types de grip en même temps avec ces instruments.

Si tu veux une méthode plus axée sur le grip passif, tu peux aussi tout simplement te suspendre à une barre de traction. Et plutôt qu’augmenter le poids que tu vas suspendre au fur et à mesure, une façon plus originale, et surtout très efficace, est d’augmenter tout d’abord le temps, mais après la forme du grip. Plus il sera gros, donc plus tes doigts seront écartés, plus ça sera difficile.

Enfin, en dernier, et pour continuer sur la même lignée, je te conseille les fat gripz. Pas besoin d’investir hein, ça se fabrique avec un peu de scotch et de patience. Ajouter cela à ton entraînement classique aura trois avantages : d’une, tu vas considérablement améliorer ton grip, de deux tu vas réussir à mieux te concentrer sur les bons muscles, et de trois, tu n’auras pas à faire beaucoup d’exercices supplémentaires pour travailler ton grip : ça se fera en même temps 🙂 !

La vidéo du mec qui les fait de la meilleure façon à mon avis… Les autres c’est moins long, mais de qualité tellement inférieure…

Je pense que désormais, tu as tout pour réussir à avoir des avants bras hyper puissants, donc il ne me reste plus qu’une chose à te dire :
Prends soin de toi, et à la prochaine 🙂

Laisser un commentaire