Grease… Groove… non ?


Les façons de s’entraîner sont très diverses. En réalité, on pourra toujours en inventer de nouvelles, en modifiant un petit critère par-ci par-là, ou en découvrant de nouvelles choses « révolutionnaires »(note bien ici le côté un peu grinçant des guillemet, car ce terme est un peu utilisé à tort et à travers) sur le corps humain. En fait, c’est parce que ça dénote d’une vérité bien plus évidente : nous sommes tous uniques.
Ce qui veut dire, si on étend la réflexion un peu plus loin, que chaque personne au monde a une manière bien spécifique de s’entraîner de façon absolument optimale.
Plusieurs questions ont du commencer à émerger dans ton esprit, mais je pense sans trop me tromper que la plus grosse que tu dois te poser, c’est « Comment trouver ma méthode d’entraînement à moi ? » eh bien c’est simple : il faut essayer.
Parce que oui, même si aucun être humain n’est parfaitement identique, on a bien deux bras et deux jambes, et un organisme qui fonctionne à 95% de la même manière.
En te parlant de méthode d’entraînement optimale unique, je ne te parle pas de tout révolutionner, d’une part parce que tu n’es certainement pas un professionnel du sport, et de l’autre parce que beaucoup de gens sont venus avant toi, et on éprouvés des méthodes qui fonctionnent très bien.

Par exemple, on a tous une démarche différente, il n’empêche qu’on fait tous la même chose : on marche en mettant un pied devant l’autre, et on recommence.
La méthode de déplacement, c’est la marche, c’est dans l’application que l’on trouve toute la différence, et que chacun utilise la façon optimale pour lui d’y arriver.
La seule différence, c’est qu’à l’inverse de la marche, qui est instinctive, l’entraînement lui, ne l’est pas du tout.
C’est pour ça que je te conseille de te tenir à ce qu’on te dit de faire, tout en gardant un esprit critique bien sur.
Et d’essayer certaines méthodes, si tu sens que tu en as le besoin (Et pas juste l’envie, le besoin, c’est à dire que ton entraînement est arrivé à un point ou tu ne progresses plus, ou très très peu).
Ça tombe bien, c’est justement pour ça que j’écris cet article aujourd’hui :p !

Et on va démarrer tout de suite, à savoir :

En quoi consiste la méthode « Grease the groove »

Il faut déjà savoir une ou deux choses, comme je te l’ai déjà dit à maintes reprises, il n’existe pas de façon « miracle » de devenir meilleur. Il faut s’entraîner en respectant le principe de surcharge progressive, c’est à dire rajouter petit à petit de la difficulté à chaque entraînement, ou sur le total d’une période donnée.
Cela étant dit, Pavel Tsatsouline, un préparateur physique russe, a parlé d’une méthode tout à fait intéressante dans un de ses livre, qui prend le problème d’une autres manière.
Certaines fois, ce n’est pas parce qu’on a pas les capacités physiques requises que l’on ne réussit pas à donner le meilleur de soi lors d’un entraînement. C’est tout simplement car on a pas la pratique, et par là il entend deux choses, qui n’en font en réalité qu’une :

– Le mouvement correct
– Le chemin nerveux associé aux bonnes fibres musculaires
Si je dis que cela n’en fait qu’une, c’est tout simplement parce qu’on peut le résumer en quelque chose qui serait plus instinctif, à savoir « les bonnes sensations« .
Et c’est ça « Grease the groove » (plus ou moins littéralement  » Huiler la mécanique »).

Comment l’utiliser ?

En tous cas, pas comme ça.

C’est simple, il suffit de réaliser des séries de l’exercice sur lequel on veut devenir meilleur, de 50 à 80% de son maximum, plusieurs fois par jour.
Cela peut marcher avec absolument tout, mais on recommande tout de même plutôt ce qui est le plus pratique, à savoir les exercices au poids du corps, car ils ne demandent que peu de matériel,
Le but de ces séries, c’est de rester le plus frais et dispo, c’est à dire qu’il ne faut surtout pas que ça soit jusqu’à épuisement, ni même que cela fasse transpirer !
Il faut en quelque sorte que le mouvement devienne instinctif, de sorte à faciliter le chemin nerveux..

Quels sont les avantages de la méthode ?

Il en existe plein, et je te demanderai d’être très attentif, car comme j’ai spécifiquement mis l’accent sur cela dans l’introduction de l’article, il faut que tu te rendes compte si cela correspond à ton type de pratique sportive, ne l’incorpore pas bêtement sans y réfléchir.

  • Cela te garde actif pendant toute la journée. Même si tu es au bureau, tu peux faire quelques pompes toutes les heures ou demi heures non ? Cela t’évite de rester sur ta chaise, ou te défoule si justement tu en as besoin. L’un des problème de notre société, la sédentarité, peut être en partie éliminé grâce à cela. Pour les personnes qui ont la bougeotte, cela permet de les canaliser et d’être plus efficace par la suite.
  • Tu augmentes considérablement ton activité physique, sans même t’en rendre compte, ce qui contribue à renforcer ton corps, même en dehors des entraînements.
  • Cela peut t’aider à passer un pallier, en renforçant la connexion esprit-muscles.
  • Tu peux l’appliquer à n’importe quoi. Au delà simplement des exercices de musculation. Tu veux travailler n’importe quelle compétence sportive, ou même pas (ça fonctionne avec l’apprentissage d’un instrument, voir de réflexes, etc), eh bien tu as juste à le faire plusieurs fois par jour, et ça fonctionne !

Cependant, fait bien attention, étant donné que tu ne travailles qu’un seul mouvement, ou qu’une seule compétence, tu t’amélioreras sur ce ou cette dernière, mais les progrès ne se transmettront pas ailleurs.

A qui je le recommande ?

A toutes les personnes qui sont obsédées par le fait d’avoir des mouvements parfaits, et frustrées de ne pouvoir les travailler que pendant les entraînements.

A ceux qui débordent d’énergie, et qui n’arrivent pas à la canaliser.

Enfin, à tous ceux qui ont des problèmes pour un exercice en particulier, notamment les tractions, qui, je le sais, sont très difficiles pour certain(e)s !

Entraîne toi bien et à la prochaine 🙂

Laisser un commentaire