Compétition : 10 astuces pour être au top

Utilise la force pour gagner… Euh non, attend…

Pour la plupart, la compétition n’est peut-être pas un objectif en soi. Faire du sport peut suffire à la majorité, et ce n’est pas moi qui vais dire l’inverse : un entraînement au quotidien sans but compétitif est bien meilleur pour toute la vie. Cependant, je comprends aussi que l’on puisse avoir une démarche comme celle-ci, particulièrement si on est jeune et qu’on à de l’ambition.
Ce pourquoi, pour en avoir fait pas mal, et lu aussi de façon intensive sur le sujet, je vais donner deux ou trois petites astuces qui me semblent être adaptées pour pouvoir tout déchirer le jour d’une épreuve sportive.

On va rentrer tout de suite dans le vif du sujet :

1 – Ménage toi avant

Ça peut sembler être la première recommandation que tout le monde suit, mais je t’assure que ça n’est le cas que très rarement. Une compétition c’est un moment difficile, qui va te mettre à l’épreuve physiquement et mentalement. Certains champions arrêtent l’entraînement une semaine avant, histoire d’être au max de leurs capacités, avec l’envie d’en démordre.
Perso, pour avoir essayé plusieurs choses, je me suis rendu compte qu’au contraire, il me fallait au moins un entraînement avant la compétition. Cependant, pas n’importe comment, en effet, il me faut un entraînement positif. C’est à dire que je me sente bien pendant, et après l’avoir fait, en pleine confiance de mes capacités. Si un entraînement se révèle particulièrement bon, alors je m’arrête là dessus jusqu’au jour de la compétition, avec cette « bonne » sensation.
Mais ça s’applique aussi à tout ce qui ne concerne pas le sport, à savoir ne te met pas une murge dans la tête, ou ne fait pas un déménagement le jour d’avant.

2 – Range tes affaires

Ce conseil est un peu plus métaphorique, mais pas moins intéressant. Régulièrement, je vais m’entraîner dans le dojo de Saint-Etienne, qui n’est pas loin de Lyon, et a l’avantage d’être ouvert pendant les vacances. Le professeur de ce dojo a réussis à élever une génération de Kenshi extrêmement forts, et très doués en compétition, et c’est l’un des tous meilleurs de France. J’ai eu l’occasion de discuter plusieurs fois avec lui, et ce qu’il a dit un jour m’a marqué « Quand tu pars de chez toi pour l’entraînement, tu dois tout avoir rangé. Comme ça, il n’y a rien qui retiens ton esprit, et tu peux être performant ».
Je dirais qu’il ne faut peut-être pas l’interpréter à la lettre, mais s’en servir comme précepte, encore plus dans le cas d’une compétition. Tu dois avoir tout réglé, fais ton boulot, etc etc, de sorte à être pleinement dans ce que tu fais, pour gagner.

3 – Fais une compétition pour la gagner

Bien sur, l’important c’est de participer, comme dirait Pierre de Coubertin, et tu ne dois jamais perdre cela de vue. Mais si tu vas dans une compétition, c’est que tu as mis tous les éléments de ton côté pour gagner. Donc ton objectif, c’est d’y arriver, et de préparer ton mental pour ça. Evidemment, si tu perds, tu ne dois pas être mauvais joueur juste parce que tu voulais gagner, mais l’idée, c’est ici de ne rien lâcher même quand ton ou tes adversaires semblent être meilleur(s)

4 – Mange correctement

La nourriture, c’est l’énergie, le carburant. Et crois moi, avec le stress de la compétition, ton estomac sera bien souvent capricieux, et peut être peu enclin à ingérer de la nourriture (ou au contraire, bien trop). C’est pour ça que je t’invite à préparer des repas, ou des shake/smoothies d’avance pour avoir une alimentation à la hauteur de tes dépenses. Et retiens bien, surtout si tu n’as jamais fais de compétition avant, que tu ne peux vraiment pas prévoir l’effet du stress sur ton organisme, donc met toutes les cartes de ton côté.

5 – Fais toi une cure de trucs motivants

Ça peut sembler un peu vague, ça ne l’est en réalité pas du tout. Je te conseille de regarder des films qui t’inspirent avant la compétition, de prendre toutes les meilleures musiques que tu trouves dans ce registre, et de t’en faire une playlist à mettre dans tes oreilles ou dans la voiture. Visualise toi entrain d’être en situation de combat, de gagner, bref, motive toi au maximum. Certains fonctionnent mieux avec la colère, dans ce cas, arrange toi pour penser à la pire chose possible qui te soit arrivée, ou demande à quelqu’un de te stimuler, mais bref, trouve les moyens les meilleurs pour toi de te motiver.

Non, non, et non, tu ne gardes pas ta  meilleure technique pour le dernier combat, sinon tu n'arriveras PAS au dernier combat !
Non, non, et non, tu ne gardes pas ta  meilleure technique pour le dernier combat, sinon tu n’arriveras PAS au dernier combat !

 

6 – Ne change pas de matériel au dernier moment

Dieu ce que ce conseil m’aurait été plus utile avant. Le nombre de shinai (sabre en bambou) « spéciaux pour la compétition » que j’ai pu acheter, et ne pas me sentir à l’aise avec le jour j… En bref, on a souvent envie d’avoir LE truc, LA botte secrète qui sort dans les manga, et qui te permet d’avoir la classe (comme une nouvelle tenue) ou d’être plus efficace.
Mais ça ne marche pas comme ça dans la vraie vie : si ton corps n’est pas habitué, tu ne vas plus trouver tes repères, et ta performance s’en retrouvera altérée.
Je comprends ceci dit qu’on puisse avoir très envie d’avoir sa « tenue d’apparat » mais ce que je te conseillerais, c’est de la porter au moins une semaine ou 2 ou 3 entraînements avant ta compétition. Tu verras que tes performances vont grandement s’améliorer si tu ne faisais pas ça avant.

7 – Suis ta routine

Dans le même genre, essaye d’installer une routine qui te donne confiance en toi avant l’épreuve. L’exemple le plus connu reste Rafael Nadal, avec tout ce qu’il a mit en place, on pourrait penser que ça tient plus de l’ordre de TOCs qu’autre chose, mais il n’empêche que ce gars là, il gagne !
Ça peut passer par des trucs simples, comme des choses un peu plus complexe.
Assure toi cependant que ça ne devienne pas destructeur pour toi, et que ça dépende toujours de ta volonté et de ta seule volonté ( par exemple ne te dis pas « si un de mes concurrents se gratte l’oreille gauche, je vais gagner, ça serait stupide et pas constructif).

8 – Reste concentré

Parler à tes coéquipiers, si tu es en équipe, c’est une bonne chose, car ça renforce la cohésion. Cependant, essaye de ne pas trop te disperser. Ton énergie, garde la en toi, et concentre la. Sinon, tu vas perdre toute cette belle motivation et envie de gagner que tu avais jusqu’à présent, voir même – et c’est ça le plus important – ta sérénité. Non, au contraire, même si ça implique que tu passes pour un asocial le temps de la compétition, ne te laisse pas perturber.
Dans le même ordre d’idée, observe ton/tes concurrents mais ne te laisse pas déconcentrer par ça.

9 – Fais comme toi tu l’entend

On pourra te donner tous les conseils du monde pendant une compétition, tu ne serras jamais en mesure de les appliquer directement. L’important, c’est de gagner. Je ne dis pas au prix d’être sale, ou de tricher, mais excepté ces deux choses, tout est permis, et surtout ce que tu veux toi. Accepte les conseils, reçois les, garde les dans un coin de ta tête, mais si tu penses que tu ne peux pas les mettre en pratique, ou que ce n’est pas la bonne chose, alors écoute toi TOI et pas les autres. Personne ne sait vraiment ce que tu peux faire ou non, hormis toi. Et de cette façon là, tu t’éviteras toute frustration si jamais tu perds. Tu ne pourras t’en vouloir qu’à toi, et pas aux autres pour t’avoir mal indiqué.

10 – Tu peux faire du sexe avant ta compétition !

Oui, tu m’as bien compris. Ce dixième conseil est plutôt humoristique, mais c’est aussi pour désarçonner un mythe bien ancré dans le sport : tu peux faire l’amour avant ta compétition, à condition que ça ne te crève pas ou t’empêche de dormir, c’est même plutôt bon pour les performances sportives !
Car tu ne perdras en rien tes capacités d’endurance, et comme ton corps sécrète de la testostérone après l’acte, tu risques même d’être meilleur. Donc pas d’excuses, et pas d’abstinence forcée 🙂

Sur ce, tu es maintenant armé pour faire des compétitions. Bien sur, cette liste n’est pas exhaustive, et c’est à chaque personne de trouver le petit truc qui fait que, mais tu as quelques pistes, et surtout ce qui a pu m’aider moi 🙂

N’oublie pas : la compétition c’est bien, le repas avec tout le monde après est encore mieux 🙂

Laisser un commentaire