Yoda, notre maître à tous 😀


Bonjour,
Aujourd’hui, je pense que je vais t’apprendre un ou deux trucs qui ne sont pas expliqués souvent sur les sites ayant attrait au sport.
En effet, il y a quelques années, j’ai appris de la bouche d’un ami qu’augmenter sa force simplement par la pensée était possible. Non attend, ne part pas, ce n’est pas un site qui te propose une méthode magique pour devenir hyper baraqué en se touchant la nouille chez toi avec le soutiens de médium marabouts etc etc.
Non, on parle ici de faits scientifiques, que je vais tenter de te résumer du mieux que je peux.
Mais tout d’abord :

Qu’es-ce que c’est que la force ?


Il faut savoir qu’ici, en l’occurrence dans cet article, je parle de la force musculaire. Donc pas d’ambiguïté là dessus, ce n’est pas l’esthétique, ou la grosseur des muscles dont il est question, mais bien uniquement de la force, c’est à dire «  La capacité d’un muscle d’exercer une force contre un résistance » selon Wikipédia, demi dieu des internets.


Plusieurs éléments interviennent dans la force, dont voici une liste :

  • Le nombre de fibres, leur grosseur, et leur type. En effet, nous possédons deux types de fibres musculaire, les dites « lentes » rouges, et les « rapides » blanches. Les deuxièmes sont plus grosses et sont surtout plus rapides pour recevoir les informations nerveuses, ce qui fait qu’elles se contractent très fort. Donc posséder des fibres blanches, que l’on peut entraîner par le renforcement musculaire, est un facteur de force.
  • La bonne utilisation des muscles lors de mouvements : lors de la réalisation de mouvements difficiles, il n’est pas rare de constater en particulier chez les débutants, une mauvaise utilisation des muscles. Pour mettre à l’oeuvre la force maximale, on ne doit pas contracter des muscles qui ne sont pas nécessaires à l’exécution du mouvement. Ça parait évident dit comme ça, mais sinon deux choses vont se passer : on va perdre de l’énergie à l’endroit ou il ne faut pas, et on risque même de gêner son propre mouvement si on active des muscles antagonistes.
  •  Enfin, ce qu’on appelle l’innervation des muscles, et ce qui m’intéresse le plus pour cet article. Notre corps n’est pas pas capable de mobiliser tous les muscles d’un seul coup dès le départ, on est environ à 40% de notre potentiel max quand on commence le renforcement musculaire. Au bout de quelques temps d’entraînement, on remarque qu’on est capable de mieux, sans avoir pris de masse. C’est parce qu’on augmente cette réactivité des muscles à notre cerveau. On atteint cependant jamais les 100% hein, faut pas déconner, l’organisme se garde des « réserves » pour ne pas s’abîmer (on peut néanmoins voir toutes nos réserves s’activer quand il y a forte nécessité, grâce à l’adrénaline par exemple). Au finale, quand on pratique régulièrement du sport, on arrive aux alentours de 70% en règle générale.
Maintenant que tu connais les procédés, on va directement passer à la suite, ce qui m’intéresse ici.

Tout le monde sait que le scarabée est l'animal le plus fort du monde... Mais c'est le piranha qui a la plus grande puissance de morsure, avec la bagatelle de 30 fois son poids.
Tout le monde sait que le scarabée est l’animal le plus fort du monde… Mais c’est le piranha qui a la plus grande puissance de morsure, avec la bagatelle de 30 fois son poids.

En quoi le mental a-t’il son rôle à jouer dans l’entraînement de la force ?


Si tu a bien suivi, tu as pu te rendre compte que l’innervation des muscles était hyper importante pour notre force, et si on était capable de maîtriser à fond ça, même un gringalet pourrait effectuer son déménagement seul sans problèmes 🙂

Par exemple les chimpanzés sont capables de recruter bien plus de muscles d’un seul coup que nous, ce qui fait qu’ils sont en moyenne 5x plus fort que les hommes moyens (mais en contrepartie, pas possible pour eux d’être endurants dans la motricité fine).
 
Une étude a prouvé qu’il était possible de stimuler ses muscles rien que mentalement, sans les bouger ou les contracter, et qu’ils gagnaient, ou conservaient de la force. Ce qui veut dire que l’on peut influencer sur cette force et cette innervation par le mental.

Et voilà ou je voulais finalement en venir : Lorsque que tu fais une séance, et que tu te donnes à fond sur un exercice, fais le au max de tes capacités, et concentre toi sur les muscles que tu veux cibler. Ainsi, tu vas augmenter ta force et ton rendement, tes séances seront plus productives et plus intenses, sans te faire dépenser plus d’énergie ou de temps.

Tout ça pour ça oui, mais c’est très important de le souligner, si tu n’es pas fort dans ta tête, tu ne le seras pas dans ton corps 🙂

Laisser un commentaire